Rechercher dans ce blog

mercredi 6 juillet 2011

Aide à l'écriture 2 : les fossés narratifs

Je vous le promettais depuis un bon moment, voici enfin le billet concernant ce que Robert McKee nomme "les fossés narratifs" dans son ouvrage "Story. Contenu, structure, genre - les principes de l'écriture d'un scénario".

Cette notion est assez simple à comprendre.

Essayez de vous imaginer une histoire dans laquelle le héros souhaite obtenir la main d'une femme. Le héros rencontre cette femme dans la rue, il lui déclare sa flamme, elle l'embrasse et accepte sans hésitation de l'épouser. Fin de l'histoire.

Alors ? Trouvez-vous ce récit palpitant ? Le héros désire quelque chose et il l'obtient rien qu'en claquant des doigts. Quel suspense ! Quelle histoire passionnante !

Non. Je pense que vous serez d'accord avec moi pour dire que cette histoire est sans intérêt, ennuyeuse, décevante. Le héros mérite-t-il d'ailleurs son appellation dans ces conditions ?

Imaginez maintenant la même idée de base mais ajoutons-y un petit contre-temps :
Le héros rencontre la femme dans la rue. Elle regarde dans sa direction, sourit et commence à se rapprocher. Il s'apprête à lui parler. Mais la femme le dépasse et se jette dans les bras d'un homme qui vient tout juste d'arriver et l'embrasse.

Vous venez d'assister à un fossé narratif. Le héros désire cette femme autant que dans la première version. On pense qu'une fois de plus tout va se passer comme il le souhaite mais, au dernier moment, un obstacle imprévu se met en travers de son chemin. La femme tant convoitée n'est pas seule. Notre héros devra trouver le moyen de se débarrasser de ce rival s'il souhaite atteindre son objectif.

Un fossé narratif pourrait être comparé à la carotte que l'on agite sous le nez de l'âne pour le faire avancer. Quand l'âne fait un pas, pensant pouvoir croquer dans la carotte appétissante, ses dents claquent dans le vide.

Le fossé narratif rend l'intrigue plus passionnante : le plan du héros ne se déroulant pas comme il l'avait prévu, il doit réajuster son tir en prenant des décisions pour surmonter ces obstacles qui se dressent entre l'objet de son désir et lui-même.

On pourrait aussi utiliser une autre image : celle du mur.
Notre héros avance sur le chemin dans l'espoir d'arriver à l'endroit qu'il s'est fixé. Tout va bien jusqu'à ce qu'il rencontre un mur. Plusieurs choix s'offrent à lui. Va-t-il décider d'escalader ce mur, de le contourner ou de l'abattre ? En fonction de la décision qu'il prendra, il se retrouvera confronté à d'autres difficultés.

Bien entendu, il faut utiliser les fossés narratifs de manière adéquate : pas question de figer l'intrigue ! A chaque fossé franchi, notre héros doit se rapprocher un peu plus de son objectif.

J'espère avoir été suffisamment claire. ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire